Saint François de Sales sur l'Immaculée Conception

Quelques textes de Saint François de Sales
sur l’Immaculée Conception

Traité de l’Amour de Dieu.

Livre II, c. 6 : De quelques faveurs spéciales exercées en la Rédemption des hommes par la divine Providence.

« Dieu, certes, montre admirablement la richesse incompréhensible de son pouvoir, en cette si grande variété de choses que nous voyons en la nature, mais il fait encore plus magnifiquement paraître les trésors infinis de sa bonté, en la différence non pareille des biens que nous reconnaissons en la grâce. Car, Théotime, il ne s'est pas contenté, en l'excès sacré de sa miséricorde, d'envoyer à son peuple, c'est‑à‑dire au genre humain, une rédemption générale et universelle, par laquelle un chacun peut être sauvé; mais il l'a diversifiée en tant de manières, que sa libéralité reluisant en toute cette variété, cette variété réciproquement embellit aussi sa libéralité.

Ainsi il destina premièrement pour sa très sainte Mère une faveur digne de l'amour d'un Fils qui, étant tout sage, tout puissant et tout bon, se devait préparer une Mère à son gré : et partant, il voulut que sa rédemption lui fût appliquée par manière de remède préventif, afin que le péché, qui s'écoulait de génération en génération, ne parvînt point à elle. De sorte qu'elle fut rachetée si excellemment, qu'encore que par après le torrent de l'iniquité originelle vint rouler ses ondes infortunées sur la conception de cette sacrée Dame, avec autant d'impétuosité comme il eût fait sur celle des autres filles d'Adam, si est-ce qu'étant arrivé là, il ne passa point outre, mais s'arrêta court, comme fit anciennement le Jourdain du temps de Josué (Josué III, 16,17), et pour le même respect: car ce fleuve retint son cours en révérence du passage de l'Arche de l'alliance, et le péché originel retira ses eaux, révérant et redoutant la présence du vrai Tabernacle de l'éternelle alliance.

 

De cette manière donc, Dieu détourna de sa glorieuse Mère toute captivité (Ps CXXV,1) luidonnant le bonheur des deux états de la nature humaine, puisqu'elle eut l'innocence que le premier Adam avait perdue, et jouit excellemment de la rédemption que le second lui acquit; en suite de quoi, comme un jardin d'élite qui devait porter le fruit de vie, elle fut rendue florissante en toutes sortes de perfections, ce Fils de l'amour éternel ayant ainsi paré sa Mère de robe d'or, récamée en belle variété, afin qu'elle fût la Reine de sa dextre (Ps XLIV,10),c'est‑à­-dire la première de tous les élus, qui jouirait des délices de la dextre divine (Ps XV,11). Si que cette Mère sacrée, comme toute réservée à son Fils, fut par lui rachetée, non seulement de la damnation, mais aussi de tout péril de la damnation, lui assurant la grâce et la perfection ; en sorte qu’elle marchât comme une belle aube qui, commençant à poindre, va continuellement croissant en clarté jusqu’au plein jour. Rédemption admirable, chef-d’œuvre du Rédempteur et la première de toutes les rédemptions, par laquelle le Fils, d'un cœur vraiment  filial, prévenant sa mère ès bénédictions de douceur, il la préserve non seulement du péché, comme les anges, mais aussi de tout péril de péché, et de tous les divertissements et retardements de l'exercice du saint amour. Aussi proteste‑t‑il qu'entre toutes les créatures raisonnables qu'il a choisies, cette Mère est son unique colombe, sa toute parfaite, sa toute chère Bien‑aimée, hors de toute comparaison. »

 

Sermon pour la fête de la présentation de la sainte Vierge, le 21 novembre 1619

 

Tome IX, sermon XXVI, page 231 (Edition Annecy, 1898)

« La Sainte Vierge eut l'usage de raison dès l'instant de sa conception, et au même instant elle vit comme la divine Bonté la préserva du précipice du péché originel, où elle allait tomber si sa main toute puissante ne l'eut retenue. Pour reconnaissance de cette grâce, elle se dédia et consacra dès lors si absolument à son service, que la parole qu'elle donna à la divine Majesté fut irrévocable. Mais nonobstant cela, elle tint l'espace de trois ans sa résolution close et couverte sous les apparences de l'enfance. Je dis sous les apparences, parce qu'en effet elle n'était point enfant, mais ayant l'usage de raison, elle menait une vie purement contemplative; c'était un si sage enfant qu'il ne s'en peut jamais imaginer un semblable, excepté son Fils bien aimé. »

Tome X, sermon LXIV pour le Dimanche des Rameaux, le 20 mars 1622

« Entre toutes les créatures raisonnables il n'y a que la Sainte Vierge qui ait eu toutes sortes de biens en elle sans aucun mélange de mal, car elle a été seule exempte de toutes tares et souillures de péchés et imperfections. Elle seule a été toute pure et toute belle (Cant. I,14 ; IV,1-7) sans que jamais elle se soit flétrie ni fanée. Je dis seule entre toutes les pures créatures, car quant à son Fils Notre Seigneur il n'était pas simple créature, étant Dieu et homme tout ensemble ; je n'entends donc pas parler de lui, d'autant qu'étant la source de toutes les perfections il ne pouvait y avoir en lui rien d'imparfait. Mais la très Sainte Vierge, qui tenait son extraction du néant comme les autres créatures, a été la seule en laquelle il ne s'est jamais trouvé aucune imperfection. »

Tome X, sermon LXVII pour la fête de l’Immaculée Conception, le 8 décembre 1622

« Quant à Notre Dame, la très sainte Vierge, elle fut conçue par voie ordinaire de génération ; mais Dieu l'avant de toute éternité prédestinée en son idée pour être sa Mère, la garda pure et nette de toute souillure, bien que de sa nature elle pouvait pêcher. Il n'y a point de doute en cela pour ce qui est du péché actuel. Il me faut servir d'une comparaison pour vous le faire entendre. Savez‑vous comme se font les perles ? (Plusieurs dames désirent des perles, mais elles ne se soucient pas du reste.) Les mères perles font comme les abeilles : elles ont un roi, et prennent pour cela la plus grosse d'entre elles et la suivent toutes. Elles viennent sur les ondes de la mer au temps de la plus grande fraîcheur, qui est à la pointe du jour, principalement au mois de mai; comme elles sont là, elles ouvrent leurs écailles du coté du ciel, et les gouttes de la rosée tombant en icelles, elles les resserrent ensuite en telle sorte qu'elles couvent cette rosée dans la mer et la convertissent en perles, dont puis après l'on fait tant d'état. Mais remarquez qu'elles ferment si bien leurs écailles, qu'il n'y entre point d'eau salée ; cette comparaison sert bien à mon propos. Le Seigneur en a fait de même pour la Sainte Vierge Notre Dame, parce qu'à l'instant de sa conception il se mit entre deux,  ou bien, en quelque façon, au dessous d'elle pour l'empêcher de tomber dans le péché originel. Et comme si la       goutte de rosée ne trouvait pas l'écaille pour la recevoir elle tomberait dans la mer et serait convertie en eau amère et salée, mais l'écaille la recevant elle est changée en perle, de même la très sainte Vierge a été jetée et     envoyée en la mer de ce monde par voie commune de génération, mais préservée des eaux salées de la corruption du péché. Elle devait avoir ce privilège particulier, parce qu'il n'était pas raisonnable que le diable reprocha à Notre Seigneur que celle qui l'avait porté en ses entrailles eut été tributaire de lui. C'est pour cette cause que l'Evangéliste ne fait point mention des père et mère de la Vierge, mais seulement de Joseph, époux     d'une Vierge nommée Marie, de laquelle est né le Christ (Mt I,16). Aussi, par une spéciale grâce, son âme ne tenait‑elle rien de ses parents pour ce qui est ordinaire aux autres créatures. »

« Dieu destina premièrement pour sa très sainte Mère une faveur digne de l’amour d’un fils, qui étant tout sage, tout-puissant et tout bon, se devait préparer une mère à son gré, et partant il voulut que sa rédemption lui fût appliquée par manière de remède préventif, afin que le péché, qui s’écoulait de génération en génération, ne parvint point à elle; de sorte qu’elle fut rachetée si excellemment, qu’encore que par après le torrent de l’iniquité originelle vint rouler ses ondes infortunées sur la conception de Notre-Dame avec autant d’impétuosité comme il eût fait sur celle des autres filles d’Adam, si est-ce qu’étant arrivé là il ne passa point outre, mais s’arrêta court, comme fit anciennement le Jourdain du temps de Josué, et pour le même respect; car ce fleuve retint son cours en révérence du passage de l’arche de l’alliance, et le péché originel retira ses eaux, révérant et redoutant la présence du vrai tabernacle de l’éternelle alliance. » Saint François de Sales, Traité de l’Amour de Dieu, Livre II, 6

Nos coordonnées :

Collégiale Saint André

Place Saint André
38000 GRENOBLE

Cure de Saint André

6 rue Hector Berlioz
38000 GRENOBLE

Nous localiser :

Nous contacter :

DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd