Lectures du jour

  • mercredi 26 juillet 2017 : Livre des Proverbes 31,10-31.
    Qui peut trouver une femme forte ? Elle a bien plus de valeur que les perles. Le cœur de son mari a confiance en elle, et les profits ne lui feront pas défaut. Elle lui fait du bien, et non du mal, tous les jours de sa vie. Elle recherche de la laine et du lin, et travaille de sa main joyeuse. Elle est comme le vaisseau du marchand, elle apporte son pain de loin. Elle se lève lorsqu'il est encore nuit, et elle donne la nourriture à sa maison, et la tâche à ses servantes. Elle pense à un champ, et elle l'acquiert ; du fruit de ses mains, elle plante une vigne. Elle ceint de force ses reins, et elle affermit ses bras. Elle sent que son gain est bon ; sa lampe ne s'éteint pas pendant la nuit. Elle met la main à la quenouille, et ses doigts prennent le fuseau. Elle tend la main au malheureux, elle ouvre la main à l'indigent. Elle ne craint pas la neige pour sa maison, car toute sa maison est vêtue de cramoisi. Elle se fait des couvertures, le byssus et la pourpre sont ses vêtements. Son époux est bien connu aux portes de la ville, lorsqu'il siège avec les anciens du pays. Elle fait des chemises et les vend, et elle livre des ceintures au marchand. La force et la grâce sont sa parure, et elle se rit de l'avenir. Elle ouvre la bouche avec sagesse, et les bonnes paroles sont sur sa langue. Elle surveille les sentiers de sa maison, et elle ne mange pas le pain d'oisiveté. Ses fils se lèvent et la proclament heureuse ; son époux se lève et lui donne des éloges : « Beaucoup de filles se sont montrées vertueuses ; mais toi, tu les surpasses toutes. » Trompeuse est la grâce, et vaine est la beauté ; la femme qui craint Yahweh est celle qui sera louée. Donnez-lui du fruit de ses mains, et que ses œuvres disent sa louange aux portes de la ville.
  • mercredi 26 juillet 2017 : Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 13,44-52.
    En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples cette parabole : le royaume des cieux est semblable à un trésor caché dans un champ. L'homme qui l'a trouvé le cache, et, dans sa joie, il va vendre tout ce qu'il a et achète ce champ. Encore : le royaume des cieux est semblable à un marchand qui cherchait de belles perles. Ayant trouvé une perle de grand prix, il s'en alla vendre tout ce qu'il avait, et il l'acheta. Encore : le royaume des cieux est semblable à un filet qu'on a jeté dans la mer et qui a ramené des poissons de toute sorte. Lorsqu'il fut rempli, les pêcheurs le tirèrent au rivage et, s'étant assis, ils recueillirent les bons dans des paniers et rejetèrent les mauvais. Ainsi en sera-t-il à la consommation du siècle : les anges sortiront et sépareront les méchants d'avec les justes, et ils les jetteront dans la fournaise du feu ; là seront les pleurs et les grincements de dents. Avez-vous compris toutes ces choses ? " Ils lui dirent : " Oui. " Et il leur dit : " C'est pour cela que tout scribe devenu disciple du royaume des cieux ressemble à un maître de maison qui tire de son trésor du neuf et du vieux. "

Commentaire liturgique

Au dernier jour du jugement, lorsque le Verbe, mon Fils, revêtu de ma majesté, viendra juger le monde avec sa puissance divine, il ne viendra pas comme ce pauvre misérable qu'il était lors de sa naissance du sein de la Vierge, dans une étable au milieu des animaux, ou tel qu'il est mort, entre deux larrons. Alors, ma puissance était cachée en lui ; je lui laissais endurer comme homme peines et tourments. Non point que ma nature divine ait été séparée de la nature humaine, mais je le laissais souffrir comme un homme pour expier vos fautes. Non, ce n'est pas ainsi qu'il viendra au moment suprême : il viendra dans toute la puissance et dans tout l'éclat de sa propre personne. Aux justes, il inspirera en même temps qu'une crainte respectueuse, une grande jubilation. Non pas que son visage change : son visage, en vertu de la nature divine, est immuable parce qu'il ne fait qu'un avec moi, et en vertu de la nature humaine son visage est également immuable puisqu'il a assumé la gloire de la résurrection. Aux yeux des réprouvés il apparaîtra terrible, parce que c'est avec cet œil d'épouvante et de trouble qu'ils portent au-dedans d'eux-mêmes que les pécheurs le verront. N'est-ce pas ce qui se passe pour un œil malade ? Dans le soleil brillant il ne voit que ténèbres, alors que l'œil sain y voit la lumière. Ce n'est pas que la lumière ait quelque défaut ; ce n'est pas le soleil qui change. Le défaut est dans l'œil aveugle. C'est ainsi que les réprouvés verront mon Fils dans les ténèbres, la haine et la confusion. Ce sera la faute de leur propre infirmité et non pas à cause de ma majesté divine avec laquelle mon Fils apparaîtra pour juger le monde.

    peripsum.org

Avant-propos

Le christianisme est-il une religion passéiste, crispée frileusement sur des formes révolues ?

Les chrétiens sont-ils des archéologues ? Inutile de répondre.

Les chrétiens auront toujours l'esprit tourné vers le futur.

Mais nous savons aussi qu'une force lancée en avant doit prendre appui sur un socle antérieur solide.


Dom Gérard Calvet
Abbé de l'Abbaye Sainte Madeleine du Barroux

Forme extraordinaire du rite romain

Autel

Dans l'Eglise, la forme extraordinaire du rite romain désigne la forme liturgique employée jusqu'à la réforme liturgique de 1969.

La dernière édition du Missale Romanum selon la forme extraordinaire a été effectuée par le Bienheureux Jean XXIII en 1962.

Le Motu Proprio "Summorum Pontificum"

Le document  Summorum Pontificum  est une lettre apostolique sous forme de motu proprio, publiée le 7 juillet 2007 par le pape Benoît XVI, dont l'objet est de redéfinir le cadre juridique de la célébration de la forme extraordinaire du rite romain.


Télécharger ce fichier : Cliquer ici

Instruction sur l'application du Motu Proprio "Summorum Pontificum"

_____________________

COMMISSION PONTIFICALE ECCLESIA DEI

INSTRUCTION
sur l’application de la Lettre apostolique Summorum Pontificum
donnée motu proprio par SA SAINTETÉ LE PAPE BENOÎT XVI

 

I.
Introduction

1. La Lettre apostolique Summorum Pontificum, donnée motu proprio par le Souverain Pontife Benoît XVI le 7 juillet 2007 et entrée en vigueur le 14 septembre 2007, a rendu plus accessible la richesse de la liturgie romaine à l’Église universelle.

Biographie

Biographie de Saint François de Sales

Évêque d’un diocèse savoyard, la sainteté de François de Sales fit de lui un modèle de l’épiscopat, et la vénération générale l’entoura. Les nécessités de l’apostolat et de la direction le déterminèrent non seulement à fonder l’ordre de la Visitation, mais surtout à devenir l’un des premiers grands auteurs spirituels de langue française. De plus, il manifeste des dons littéraires remarquables. À tous ces titres, Saint François de Sales demeure l’une des hautes figures du catholicisme européen de la période moderne.

Lettres

A une religieuse, 6 janvier 1619, Tome XVIII, page 334

« Et croyez-moi bien aussi, ma chère Fille, que ce m'est une fort particulière consolation de recevoir de vos lettres et de vous envoyer des miennes. Vous êtes bien auprès de cette crèche sacrée en laquelle le Sauveur de nos âmes nous enseigne tant de vertus par son silence. Mais, qu'est ce qu'il ne nous dit pas en se taisant ? Son petit cœur, pantelant d'amour pour nous, devrait bien enflammer le nôtre. Mais voyez combien amoureusement il a écrit votre nom dans le fond de son divin cœur, qui palpite là sur la paille pour la passion affectueuse qu’il a de votre avancement, et ne jette pas un seul soupir devant son Père auquel vous n'ayez part, ni un seul trait d’esprit que pour vôtre bonheur. L'aimant attire le fer, l'ambre attire la paille et le foin : ou que nous soyons fer par dureté, ou que nous soyons paille par imbécillité, nous nous devons joindre à ce souverain petit Poupon, qui est un vrai tire-cœur.
« Oui, ma Fille, ne retournons point en la région de laquelle nous sommes sortis (Matt, II,12) ; laissons pour jamais l'Arabie et la Chaldée, et demeurons aux pieds de ce Sauveur. Disons avec la céleste Épouse (Cant, III, 4) : J'ai trouvé Celui que mon cœur aime, je le tiens, et ne l'abandonnerai. »

A Madame de Chantal, 28 décembre 1605, Tome XIII

« Mon Dieu, ma Fille, que je vous souhaite en Bethléem maintenant, auprès de votre sainte Abbesse. Hé, qu'il lui sied bien de faire l'accouchée et de manier ce petit Enfançon ; mais surtout j'aime sa charité, qui le laisse voir, manier et baiser à qui veut. Demandez‑le lui, elle vous le donnera ; et l'ayant, dérobez lui secrètement une de ces petites gouttelettes qui sont dessus ses yeux. Ce n'est pas encore la pluie, ce ne sont que les premières rosées de ses larmes. C’est merveille combien cette liqueur est admirable pour toute sorte de mal de cœur…. »

Ce que j'aime

Ce que j’aime

Saint François de Sales

Ce que j’aime, disait un jour Saint François de Sales
En son langage gracieux,
Plus que tous les trésors que ce bas monde étale,
Plus que tous les trésors des cieux :

Oui, ce que j’aime plus que la fleur qui se mire
Au bord des transparentes eaux,
Plus que la brise qui soupire,
Plus que le vol sublime et les chants des oiseaux,

Plus que le flot suivi par le flot qui l’efface
Et dont le murmure m’endort,
Plus que les étoiles, lueurs d’or
Écloses dans les champs merveilleux de l’espace,

Plus que l’éclair jetant dans le cœur du méchant
D’heureuses et vives alarmes,
Plus que les yeux bleus d’un enfant
Souriant à travers ses larmes,

Saint François de Sales sur l'Immaculée Conception

Quelques textes de Saint François de Sales
sur l’Immaculée Conception

Traité de l’Amour de Dieu.

Livre II, c. 6 : De quelques faveurs spéciales exercées en la Rédemption des hommes par la divine Providence.

« Dieu, certes, montre admirablement la richesse incompréhensible de son pouvoir, en cette si grande variété de choses que nous voyons en la nature, mais il fait encore plus magnifiquement paraître les trésors infinis de sa bonté, en la différence non pareille des biens que nous reconnaissons en la grâce. Car, Théotime, il ne s'est pas contenté, en l'excès sacré de sa miséricorde, d'envoyer à son peuple, c'est‑à‑dire au genre humain, une rédemption générale et universelle, par laquelle un chacun peut être sauvé; mais il l'a diversifiée en tant de manières, que sa libéralité reluisant en toute cette variété, cette variété réciproquement embellit aussi sa libéralité.

Ainsi il destina premièrement pour sa très sainte Mère une faveur digne de l'amour d'un Fils qui, étant tout sage, tout puissant et tout bon, se devait préparer une Mère à son gré : et partant, il voulut que sa rédemption lui fût appliquée par manière de remède préventif, afin que le péché, qui s'écoulait de génération en génération, ne parvînt point à elle. De sorte qu'elle fut rachetée si excellemment, qu'encore que par après le torrent de l'iniquité originelle vint rouler ses ondes infortunées sur la conception de cette sacrée Dame, avec autant d'impétuosité comme il eût fait sur celle des autres filles d'Adam, si est-ce qu'étant arrivé là, il ne passa point outre, mais s'arrêta court, comme fit anciennement le Jourdain du temps de Josué (Josué III, 16,17), et pour le même respect: car ce fleuve retint son cours en révérence du passage de l'Arche de l'alliance, et le péché originel retira ses eaux, révérant et redoutant la présence du vrai Tabernacle de l'éternelle alliance.

Saint François de Sales et l’esprit du monde

Saint François de Sales et l’esprit du monde :

« Quoi que nous fassions, le monde nous fera toujours la guerre »

Saint François de Sales en prière

Introduction à la Vie Dévote, 4ème partie

Chap. I : qu’il ne faut point s’amuser aux paroles des enfants du monde

« (..) Nous ne saurions être bien avec le monde, qu’en nous perdant avec lui. Il n’est pas possible que nous le contentions, car il est trop bizarre « Jean est venu, dit le Sauveur, ne mangeant ni buvant, et vous dites qu’il est endiablé ; le Fils de l’homme est venu en mangeant et buvant, et vous dites qu’il est Samaritain. » Il est vrai, Philothée; si nous nous relâchons par condescendance à rire, jouer, danser avec le monde, il s’en scandalisera; si nous ne le faisons pas, il nous accusera d’hypocrisie ou mélancolie ; si nous nous parons, il l’interprétera à quelque dessein ; si nous nous démettons, ce sera pour lui vileté de cœur; nos gaîtés seront par lui nommées dissolutions, et nos mortifications tristesses ; et nous regardant ainsi de mauvais œil, jamais nous ne pouvons lui être agréables. Il agrandit nos imperfections et publie que ce sont des péchés ; de nos péchés véniels, il en fait des mortels ; et nos péchés d’infirmité, il les convertit en péchés de malice. En lieu que, comme dit saint Paul, « la charité est bénigne », au contraire le monde est malin; au lieu que « la charité ne pense point de mal », au contraire le monde pense toujours mal ; et quand il ne peut accuser nos actions, il accuse nos intentions. Soit que les moutons aient des cornes ou qu’ils n’en aient point, qu’ils soient blancs ou qu’ils soient noirs, le loup ne laissera pas de les manger, s’il peut.

Quoi que nous fassions, le monde nous fera toujours la guerre : si nous sommes longuement devant le confesseur, il demandera que c’est que nous pouvons tant dire ; si nous y sommes peu, il dira que nous ne disons pas tout. Il épiera tous nos mouvements, et pour une seule petite parole de colère, il protestera que nous sommes insupportables ; le soin de nos affaires lui semblera avarice, et notre douceur, niaiserie ; et quant aux enfants du monde, leurs colères sont générosités, leurs avarices, ménages ; leurs privautés, entretiens honorables : les araignes gâtent toujours l’ouvrage des abeilles.

Laissons cet aveugle, Philothée : qu’il crie tant qu’il voudra, comme un chat-huant, pour inquiéter les oiseaux du jour. Soyons fermes en nos desseins, invariables en nos résolutions; la persévérance fera bien voir si c’est à certes et tout de bon que nous sommes sacrifiés à Dieu et rangés à la vie dévote. Les comètes et les planètes sont presque également lumineuses en apparence ; mais les comètes disparaissent en peu de temps, n’étant que de certains feux passagers, et les planètes ont une clarté perpétuelle : ainsi l’hypocrisie et la vraie vertu ont beaucoup de ressemblance en l’extérieur; mais on reconnaît aisément l’une d’avec l’autre, parce que l’hypocrisie n’a point de durée et se dissipe comme la fumée en montant, mais la vraie vertu est toujours ferme et constante. Ce ne nous est pas une petite commodité pour bien assurer le commencement de notre dévotion, que d’en recevoir de l’opprobre et de la calomnie ; car nous évitons par ce moyen le péril de la vanité et de l’orgueil, qui sont comme les sages-femmes d’Egypte, auxquelles le Pharaon infernal a ordonné de tuer les enfants mâles d’Israël, le jour même de leur naissance. Nous sommes crucifiés au monde et le monde nous doit être crucifié ; il nous tient pour fous : tenons-le pour insensé.

 

Biographie de Sainte Philippine Duchesne

Rose-Philippine Duchesne (1769-1852)
Religieuse, de la Société du Sacré Coeur

rose-philippine_duchesne

ROSE-PHILIPPINE DUCHESNE naquit à Grenoble (France) le 29 août 1769 dans une rue jouxtant la place Saint André, à l'ombre de la Collégiale de même nom. Baptisée en l'église St Louis elle reçoit comme en présage, les noms de l'apôtre Philippe et de Rose de Lima, première sainte du Nouveau Continent. Son éducation commence au couvent de la Visitation de Ste Marie d'En-Haut; attirée par la vie contemplative des religieuses, elle entre comme novice au monastère à 18 ans.

A l'époque de la Révolution française la communauté est dispersée; et Philippine retourne dans sa famille; elle se dévoue alors à soulager les prisonniers, les malades et les pauvres. Après le Concordat de 1801, elle tente avec quelques compagnes de faire revivre le monastère de la Visitation, mais en vain.

En 1804 Philippine apprend la fondation d'une nouvelle Congrégation: la Société du Sacré Coeur de Jésus et elle offre son monastère à la fondatrice, Madeleine-Sophie Barat; elle est prête à entrer dans la Congrégation. Peu après Mère Barat arrive à Ste Marie et accueille Philippine et ses compagnes comme novices dans la Société.

Après sa profession religieuse, en même temps que son désir de vie contemplative, un appel pour les missions, entendu dès l'adolescence, devient plus pressant. Dans une lettre à Mère Barat elle confie l'expérience spirituelle qu'elle vient de vivre au cours de la nuit d'adoration du Jeudi Saint devant l'Eucharistie; " Toute la nuit j'ai été dans le nouveau continent ... je portais partout mon trésor (le St Sacrement) ... J'avais bien à faire aussi avec tous mes sacrifices à offrir: une mère, des soeurs, des parents, une montagne ... Quand vous me direz "Voici que je vous envoie, je répondrai vite : je pars". Elle attendra encore 12 ans.

Une Française pionnière au Missouri !

En 1818 son rêve se réalise: elle part pour répondre à la demande de l'évêque de la Louisiane qui cherchait une congrégation éducatrice pour l'aider à annoncer l'Evangile aux Indiens et aux jeunes français de son diocèse.

Homélie de S.E.R. le Cardinal Burke

MESSE D'INTRONISATION DES RELIQUES DE SAINTE ROSE-PHILIPPINE DUCHESNE
ÉGLISE COLLÉGIALE SAINT-ANDRÉ
GRENOBLE, FRANCE

13 NOVEMBRE 2011

 SERMON :

 Loué soit Jésus-Christ, maintenant et toujours !

Venant en pèlerinage à Grenoble, sur les lieux sacrés à la mémoire de sainte Rose Philippine Duchesne, nos yeux s’ouvrent au mystère de l'amour du Christ qui est à l’œuvre dans nos âmes tous les jours. Le Christ appela sainte Rose Philippine à se donner à lui totalement, dans chaque fibre de son être, afin qu'elle pût apporter sa lumière et son amour à ses frères et sœurs, surtout aux enfants qu’elle enseigna et aux pauvres qu'elle aida. De son glorieux Cœur transpercé, le Christ répandit les sept dons du Saint Esprit dans le cœur de sainte Rose Philippine, de sorte qu’elle pût être, en tant que son épouse par la profession religieuse, le signe et l'instrument de son amour pur et désintéressé.

En réfléchissant sur sa vie dans le Christ, nous en venons à comprendre les paroles de saint Paul dans sa Deuxième Épître aux Corinthiens. S'adressant aux membres de l'Église à Corinthe, qui était venus à la vie dans le Christ par le ministère sacré de saint Paul, ce dernier déclare : « J’éprouve à votre égard une divine jalousie. Je vous ai fiancés à un seul époux pour vous présenter au Christ comme une vierge pure ». La grâce du Saint Esprit qui est entrée dans la vie de sainte Rose Philippine et qui vient dans notre vie à travers le ministère apostolique, marie l'Église avec le Christ, son seul et unique Epoux. La jalousie de saint Paul pour les membres de l'Eglise est la jalousie du Christ qui ne veut qu’aucun de ceux qui sont devenus un avec Lui par la foi et le baptême s'éloigne de Lui et, par conséquent, perde le don du salut éternel en Lui.

Conférence de S.E.R. le Cardinal Burke sur Sainte Rose-Philippine Duchesne

Conférence sur Sainte Rose-Philippine Duchesne,
donnée par S.E.R. le Cardinal Burke,
en la Cathédrale de Grenoble le 12 novembre 2011

 

SAINTE ROSE PHILIPPINE DUCHESNE :

LA PREMIÈRE ET LA NOUVELLE ÉVANGELISATION

 

Introduction

C'est pour moi une source de très profonde joie de venir à Grenoble, où Sainte Rose Philippine Duchesne est née, a été baptisée et a grandi jusqu'à l'âge adulte au sein de l'Eglise, et où elle a entendu et répondu à l'appel de la vie religieuse. Je suis particulièrement heureux de pouvoir installer demain une relique de première classe de sainte Rose Philippine dans la Collégiale Saint-André, l'église de son quartier, dans laquelle elle a fréquemment assisté à la messe et prié devant le tabernacle.

 

Rosaire vivant pour le Pape

Un Rosaire vivant est célébré pour notre Pape François par les Paroissiens de la Collégiale Saint André
(ainsi qu'un autre Rosaire vivant pour notre évêque Monseigneur Guy de Kerimel).

Une feuille est affichée à l'entrée de la Collégiale, où chacun peut s'inscrire à cette dévotion.

Le Rosaire Vivant a été crée en France en 1826. Il a été fondé par Pauline Marie Jaricot.

Cette jeune Lyonnaise a vécu de 1799 à 1862. Née dans un milieu chrétien aisé, elle fait à 17 ans le vœu de pauvreté, et le voeu de se consacrer entièrement au service de Dieu tout en restant dans le monde. A 22 ans , elle lance l’oeuvre du Rosaire Vivant car elle sait que toute oeuvre chrétienne est fondée sur la prière. Elle organise alors des groupes de 15 personnes. Chaque personne s’engage à prier chaque jour une dizaine du Rosaire en méditant un Mystère.
Pauline conseille de composer chaque groupe par « du bon, du médiocre et quelques autres personnes qui n’ont que la bonne volonté ». Ainsi, sur les 15 morceaux de charbon réunis, « un seul est bien allumé, 3 ou 4 le sont à demi, et les autres pas. Rapprochez-les , c’est un brasier ! ».
En 1862, à la mort de Pauline, le Rosaire Vivant compte plus de 150 000 quinzaines (soit 2 250 000 inscrits). Avec beaucoup d’humilité, elle disait : « Je ne suis que la première allumette pour allumer le feu ».

À travers Le Rosaire Vivant on veut unir des cœurs par les mérites de Jésus et Marie pour obtenir la conversion des pécheurs, pour l’église, le maintien de la foi dans les pays chrétiens et l’extension de la foi dans le monde entier.

Dans la Lettre apostolique ‘Rosarium Virginis Mariae’ le Pape Jean Paul II écrit (le 16 octobre 2002) à l’épiscopat, au clergé et aux fidèles sur le rosaire : Le Rosaire, un trésor à redécouvrir. Chers frères et soeurs! Une prière aussi facile, et en même temps aussi riche, mérite vraiment d’être redécouverte par la communauté chrétienne. Je remets cette Lettre apostolique entre les mains sages de la Vierge Marie, m’inclinant spirituellement devant son image dans le splendide sanctuaire qui lui a été édifié par le bienheureux Bartolo Longo, apôtre du Rosaire. Je fais volontiers miennes les paroles touchantes par lesquelles il termine la célèbre Supplique à la Reine du Saint Rosaire: « Ô Rosaire béni par Marie, douce chaîne qui nous relie à Dieu, lien d’amour qui nous unit aux Anges, tour de sagesse face aux assauts de l’enfer, havre de sécurité dans le naufrage commun, nous ne te lâcherons plus. Tu seras notre réconfort à l’heure de l’agonie. À toi, le dernier baiser de la vie qui s’éteint. Et le dernier accent sur nos lèvres sera ton nom suave, ô Reine du Rosaire de Pompéi, ô notre Mère très chère, ô refuge des pécheurs, ô souveraine Consolatrice des affligés. Sois bénie en tout lieu, aujourd’hui et toujours, sur la terre et dans le ciel ».

 

Neuvaine pour le Pape

Un Pater, trois Ave, un Gloria suivis de cette prière :

Prions pour notre Saint-Père le Pape François.

Que le Seigneur le garde, qu'il lui donne la vie, le rende heureux sur la terre et ne le livre pas au pouvoir de ses ennemis.

V. Tu es Pierre.

R. Et sur cette Pierre je bâtirai mon Eglise.

Prions.

Dieu éternel et tout-puissant, ayez pitié de votre serviteur notre Pape Benoît XVI, et, dans votre bonté, guidez-le dans la voie du salut éternel, en sorte que, par le don de votre grâce, il recherche ce qui lui plaît et l'accomplisse de tout son pouvoir. Par le Christ Notre-Seigneur. Amen.

Mater Ecclesiae, ora pro nobis

Sancte Petre, ora pro nobis

Prières de l'Ange de Fatima

En arrivant près des trois enfants, l'Ange dit :
« Ne craignez pas !. Je suis l'Ange de la Paix. Priez pour moi ! »
Puis s'agenouillant à terre, il courba le front jusqu'au sol. Les enfants firent de même, et répétèrent les paroles qu'ils entendirent :

 

Mon Dieu,
je crois, j'adore, j'espère et je Vous aime.
Je Vous demande pardon
pour ceux qui ne croient pas,
qui n'adorent pas,
qui n'espèrent pas,
et qui ne Vous aiment pas.

 

Prière à Saint Michel Archange

Saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat ;
soyez notre protecteur contre les méchancetés et les embûches du démon.
Que Dieu lui commande, nous vous en supplions ;
et vous, prince de la milice céleste,
par le pouvoir divin qui vous a été confié,
précipitez au fond des enfers Satan et les autres esprits mauvais
qui parcourent le monde pour la perte des âmes.

Amen.

Prière à Notre Dame de Toute l'Europe

Nous te saluons, Vierge Marie, Notre-Dame. Nous te supplions spécialement de prier pour notre continent. Nous te le demandons en union avec les fidèles de tous les sanctuaires d'Europe qui manifestent la puissance de ton intercession. Nous t'en prions en union avec tous ceux dont tu as présenté à Dieu la prière de siècle en siècle; avec tous ceux qui, par ton intercession ont été comblés de grâce; avec tous ceux qui ont été favorisés de tes conseils maternels. Tu vois tes enfants d'Europe, leurs efforts et leurs espoirs, leurs joies et leurs malheurs. Tu vois tes enfants encore divisés, tes enfants séduits par les mensonges du monde, et tentés de construire une Europe sans Dieu. Tu vois tes enfants blessés par le péché. Mère de Dieu, notre mère, tu ne saurais nous abandonner. Vierge Marie, mieux que nous tu sais ce qu'il nous faut demander au Père. Guide notre prière, prie avec nous.

 

Prière réparatrice au Sacré-Cœur de Jésus

Père Eternel, je vous offre le Sacré-Cœur de Jésus avec tout son amour, toutes ses souffrances, tous ses mérites.

Pour expier tous les péchés que j’ai commis aujourd’hui et durant toute ma vie. Gloire au père, etc …

Pour purifier le bien que j’ai mal fait aujourd’hui et durant toute ma vie. Gloire au père, etc …

Pour suppléer le bien que j’ai négligé de faire aujourd’hui et durant toute ma vie. Gloire au père, etc …

NOTA – Une pauvre Clarisse défunte apparut, à son Abbesse qui priait pour elle et lui dit : « Je suis allée droit au Ciel ; car par les moyens de cette prière récitée chaque soir, je payais toutes mes dettes et j’ai été préservée du purgatoire.»

 

Neuvaine au Coeur Sacré de Jésus

Padre Pio disait chaque jour cette neuvaine pour tous ceux qui se recommandaient à ses prières

I - O Jésus, qui avez dit : " En vérité, je vous le dis, demandez et vous recevrez, cherchez et vous trouverez, frappez et l'on vous ouvrira !" voici que je frappe, je cherche et je demande la grâce ......
Pater, Ave, Gloria,
Coeur Sacré de Jésus, j'ai confiance et j'espère en vous.

II - O Jésus, qui avez dit : " En vérité, je vous le dis, tout ce que vous demanderez à mon Père en mon Nom, il vous l'accordera ! " voici qu'en votre Nom je demande la grâce ....
Pater, Ave, Gloria,
Coeur Sacré de Jésus, j'ai confiance et j'espère en vous.

III - O Jésus, qui avez dit : " En vérité, je vous le dis, le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point ! " voici qu'en m'appuyant sur l'infaillibilité de vos saintes paroles je demande la grâce ...
Pater, Ave, Gloria,
Coeur Sacré de Jésus, j'ai confiance et j'espère en vous.

Prière O Coeur Sacré de Jésus, à qui il est impossible de ne pas avoir compassion des malheureux, ayez pitié de nous, pauvres pécheurs, et accordez-nous la grâce que nous vous demandons, par l'intercession du Coeur Immaculé de Marie, notre tendre Mère.

Saint Joseph, père adoptif du Sacré-Coeur de Jésus, priez pour nous.


Salve Regina

 

Histoire de la Consécration de la France

LA FRANCE ET LE SACRÉ-CŒUR

À Louis XIV, Poincaré et Consorts…

 

À la suite de la mort survenue à Loublande, le 29 janvier 1972, de Claire FERCHAUD (Sœur Claire de Jésus Crucifié), la presse a reproduit le texte de la lettre qu’elle adressait le 7 mai 1917 à 14 généraux d’armée (Cf. “Défense du Foyer” n° 131, p. 85).

En 1917, la France, trahie de l’intérieur, était au bord de la défaite et de la révolution. Dans toutes les églises et chapelles, matin et soir, les catholiques priaient, récitaient le rosaire, imploraient le Sacré-Cœur. Par millions, au front comme à l’arrière, civils et militaires, femmes et enfants portaient sur la poitrine la cocarde tricolore avec l’insigne du Sacré-Cœur selon la demande faite par Notre-Seigneur à sainte Marguerite-Marie le 17 juin 1689 et renouvelée en 1917 à sa jeune messagère Claire Ferchaud.

Celle-ci, le 1er janvier 1917 adressait au Président de la République, Raymond Poincaré, une lettre lui faisant part du message qui, sur l’ordre de Dieu, devait lui être transmis. Des détails intimes, connus seulement du Président accréditaient le caractère divin de l’avertissement.

Ce message peut se résumer en une double demande :

1) La conversion du Président de la République.

2) L’apposition du Sacré-Cœur sur le drapeau national.

Souvenez-vous de Séverac

Souvenez-vous, Vierge Marie,
O Mère pleine de bonté,
Qu’on n’a jamais entendu dire
Qu’en vain sur vous l’on ait compté.
Jamais aucune confiance
N’a demandé votre faveur
Sans recevoir votre assistance,
Sans éprouver votre douceur.
Le cœur contrit, ô Vierge Mère,
J’ose invoquer votre saint Nom !
Malgré mes fautes, ma misère,
J’aurai par vous grâce et pardon.

 

(Déodat de Séverac, d. 1921,
d’après saint Bernard, d. 1153)

Sainte Marie, Mère de Dieu

Sainte Marie, Mère de Dieu,

 Gardez-moi un cœur d’enfant,

pur et transparent comme une source.

Obtenez-moi un cœur simple,

qui ne savoure pas les tristesses,

un cœur fidèle et généreux

qui n’oublie aucun bien et ne tienne rancune d’aucun mal.

Faites-moi un cœur doux et humble,

aimant sans demander de retour,

un cœur grand et indomptable,

qu’aucune ingratitude ne ferme,

qu’aucune indifférence ne lasse,

un cœur tourmenté de la gloire de Jésus-Christ,

blessé de son amour,

et dont la plaie ne guérisse qu’au Ciel.

Vierge Sainte

Vierge Sainte,

 Au milieu de vos jours glorieux,

n’oubliez pas les tristesses de la terre.

Jetez un regard de bonté sur ceux qui sont dans la souffrance,

qui luttent contre les difficultés

et qui ne cessent de tremper leurs lèvres aux amertumes de la vie.

Ayez pitié de ceux qui s’aimaient et qui ont été séparés,

Ayez pitié de l’isolement du cœur,

Ayez pitié de la faiblesse de notre foi,

Ayez pitié des objets de notre tendresse,

Ayez pitié de ceux qui pleurent

de ceux qui prient

de ceux qui tremblent.

Donnez à tous l’espérance et la paix.

Amen

Ô Mère de Miséricorde de Marthe Robin

Ô Mère de Miséricorde,

Soyez le secours, le soutien de tous les pauvres affligés, la consolation de ceux qui pleurent, le remède des malades, je Vous en supplie, ô Marie.

Vous qui êtes la fille bien aimée de Dieu le Père, la Mère immaculée de Dieu le Fils, l’épouse de l’Esprit Saint, Vous que l’archange a saluée pleine de grâces, soyez notre avocate, demandez miséricorde pour les pécheurs.

Ô Marie, soyez l’étoile qui me guide, ma lumière dans les ténèbres, mon courage dans l’épreuve, mon refuge dans la douleur. Ô Marie pleine de Clémence, ô ma Mère, ne m’abandonnez jamais. Obtenez-moi de partager bientôt votre bonheur dans la félicité des Anges et des Saints.

Ô Vierge ! plus pure que le Ciel, protégez-moi, protégez ma famille chérie, protégez tous vos enfants, comblez-nous de vos faveurs, ornez-nous de vos vertus. Vous êtes notre avocate, demandez miséricorde pour vos pauvres pécheurs.

 

Marthe Robin

Neuvaine à l'Immaculée Conception

 

 

Une neuvaine est une prière offerte à une intention particulière, répétée neuf jours de suite. Prière en laquelle nous demandons l'intercession d'un Saint, de la Bienheureuse Vierge Marie, ou adressée directement à Dieu, qui répond aux appels du Christ Jésus : "Demandez, et l'on vous donnera... frappez, et l'on vous ouvrira..." (Mat. 7,7 - Luc 11,9) ; "Tout ce que vous demanderez avec foi par la prière, vous le recevrez" (Mat. 21,22) ; "Tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai" (Jean 14,13) ; "Ce que vous demanderez au Père, il vous le donnera en mon nom" (Jean 16,23). Les témoignages abondent en toute l'histoire de l'Eglise, qui montrent que Dieu se laisse toucher par cette forme de prière.

 

Neuvaine à Notre-Dame de Guadalupe

Notre Dame de Guadalupe

« Patronne des enfants à naître »

 

Notre Dame de Guadalupe, patronne des enfants à naître, je vous supplie de bénir Virginie, cette future maman malade du cancer, que vous me confiez et que je prends en charge spirituellement pour épargner la vie de son enfant afin qu’elle l’accueille dans la joie et trouve la paix dans son cœur.

 

Donnez lui, O ma mère, le même amour que celui que vous aviez lorsque vous portiez Jésus dans votre sein.

 

Dire (chaque jour) :

Un Notre Père

Un Je vous salue Marie

Un Gloire au Père…

Dix « Jésus, Marie, Joseph, je vous aime, bénissez cette maman et sauvez son enfant à naître ».

L'Angélus

Français

V. L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie
R. Et elle conçut du Saint-Esprit.
Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.


V. Voici la Servante du Seigneur
R. Qu’il me soit fait selon votre parole.
Je vous salue Marie…


V. Et le Verbe s’est fait chair
R. Et il a habité parmi nous.
Je vous salue Marie…


V. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu
R. Afin que nous devenions dignes des promesses du Christ.
Prions. Que votre grâce, Seigneur, se répande en nos âmes. Par le message de l’ange, vous nous avez fait connaître l’Incarnation de votre Fils bien-aimé. Conduisez-nous, par sa Passion et par sa Croix, jusqu’à la gloire de la Résurrection. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.
R. Amen.

Prière de St François de Sales

Ce que j’aime, disait un jour Saint François de Sales
En son langage gracieux,
Plus que tous les trésors que ce bas monde étale,
Plus que tous les trésors des cieux :

Oui, ce que j’aime plus que la fleur qui se mire
Au bord des transparentes eaux,
Plus que la brise qui soupire,
Plus que le vol sublime et les chants des oiseaux,

Plus que le flot suivi par le flot qui l’efface
Et dont le murmure m’endort,
Plus que les étoiles, lueurs d’or
Écloses dans les champs merveilleux de l’espace,

Plus que l’éclair jetant dans le cœur du méchant
D’heureuses et vives alarmes,
Plus que les yeux bleus d’un enfant
Souriant à travers ses larmes,

Plus que la lampe d’or dont la vague lueur
Rayonne au fond du sanctuaire,
Plus que les doux moments d’extase et de prière
Que l’on passe près du Seigneur,

Plus que le Paradis où mon âme s’envole
Le Paradis où Dieu m’attend,
Et plus que les secrets de sa Sainte Parole
Qu’en silence mon cœur entend,

Plus que son doux sourire et que sa grâce même
Rayonnante toujours, rayonnante en tout lieu,
Ce que j’aime, enfin, ce que j’aime :
C’est la Volonté du Bon Dieu.

 

Saint François de Sales 1567-1622

Prière de Saint François de Sales à Saint Joseph

Glorieux Saint Joseph, époux de Marie,

accordez-nous votre protection paternelle, nous vous en supplions par Jésus-Christ.

O vous, dont la puissance s’étend à toutes nos nécessités et sait rendre possible, les choses les plus impossibles, prenez paternellement les intérêts de vos enfants. Nous recourons à vous avec confiance.

Faites que, sous votre paternelle conduite, toutes nos causes d’inquiétude tournent à la gloire de Dieu et au bien de ses dévoués serviteurs.

Amen

Mon Père je m'abandonne à vous du Bienheureux Charles de Foucauld

Mon Père,
je m'abandonne à vous, faites de moi ce qu'Il vous plaira.
Quoi que vous fassiez de moi, je vous remercie.
Je suis prêt à tout, j'accepte tout.
Pourvu que votre volonté se fasse en moi, en toutes vos créatures,
je ne désire rien d'autre mon Dieu.
Je remets mon âme entre vos mains,
je vous la donne, mon Dieu, avec tout l'amour de mon coeur,
parce que je vous aime,
et que c'est un besoin d'amour de me donner,
de me remettre entre vos mains sans mesure,
avec une infinie confiance, car vous êtes mon Père.

Charles de Foucauld

Prière à Jeanne

Sainte Jeanne,

Puisque vous êtes sainte, vous avez déjà fait des miracles, vous savez vous y prendre, alors je vais vous demander d'en faire un pour nous.

Non. Parce que vous êtes une grande sainte, je vais vous demander d'en faire dix. Et de très grands, de très miraculeux.

 

Premièrement, sainte Jeanne, je vais vous demander de faire que tous les Français redeviennent amoureux de la France. Pas de l'Amérique insidieuse, pas de l'Orient fascinant, pas de l'Islam séducteur. De la France, de la doulce France.

 

Neuvaine à Saint Joseph

Glorieux Saint Joseph, époux de Marie,
accordez-nous votre protection paternelle,
nous vous en supplions par le Cœur de Jésus-Christ.
Ô, vous dont la puissance infinie
s’étend à toutes nos nécessités
et sait nous rendre possibles les choses les plus impossibles,
ouvrez vos yeux de Père sur les intérêts de vos enfants.
Dans l’embarras et la peine qui nous pressent,
nous recourrons à vous avec confiance.
Daignez prendre sous votre charitable conduite
cette affaire importante et difficile,
cause de nos inquiétudes.
Faites que son heureuse issue tourne à la Gloire de Dieu
et au bien de ses dévoués serviteurs.
Ainsi soit-il.

 

Litanies de saint François de Sales

Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus-Christ, ayez pitié de nous.

Seigneur, ayez pitié de nous,

Jésus-Christ, écoutez‑nous.

Jésus-Christ, exaucez‑nous.

Père céleste, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Fils Rédempteur du monde, qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Esprit Saint qui êtes Dieu, ayez pitié de nous.

Trinité sainte, qui êtes un seul Dieu, ayez pitié de nous.

 

Prière à Sainte Anne d'une Mère pour ses Enfants

Ô glorieuse sainte Anne,

Patronne des familles chrétiennes, je vous présente mes enfants.

Je sais que je les ai reçu de Dieu et qu'ils lui appartiennent. Aussi je vous prie de m'obtenir la grâce de me soumettre toujours avec eux à la divine Providence.

Daignez les bénir, et, en vous suppliant de leur obtenir la bénédiction de Dieu, je ne demande en leur faveur ni les honneurs du monde, ni les biens de la terre.

Prière pour les malades

Jésus toi le Dieu qui guérit, montre ton amour et ta compassion envers les malades que je viens te présenter avec foi, espérance et amour. Place tes mains blessées sur chacun d’eux, touche-les et guéris-les. Je crois en ta parole Seigneur, celle qui annonce que des fleuves d’eau vive couleront de celui qui croît ; aussi j’impose les mains aux malades et je prie avec foi. J’intercède auprès de toi : envoie leur l’Esprit Saint, l’eau vive qu’ils soient entièrement guéris. Par les blessures par lesquelles tu as souffert dans ton corps et par le sang que tu as versé sur la croix, guéris les blessures et les souffrances de ces personnes. Que la puissance de ta croix descende sur elles, et qu’elles recouvrent pleinement la santé. Je les place devant ton corps blessé, guéris-les Seigneur par tes blessures. Je sens ta force couler en elles les guérir. Je te loue et te remercie Jésus.

 

Prière pour tous les Prêtres

Mon Dieu,

Je vous prie pour vos prêtres, pour tous vos prêtres.

Je vous demande pour eux la Sainteté, je vous demande qu’ils aiment profondément leur Sacrifice et qu’ils le vivent avec amour.

Je vous demande pour eux l’obéissance, l’esprit de détachement, une inaltérable et limpide chasteté.

Et aussi l’abnégation, l’humilité, la douceur, le zèle, le dévouement.

Je vous demande qu’aucune âme ne les approche sans vous aimer davantage.

Je vous demande, ô mon Dieu, de semer par eux dans le monde des grâces mariales, qui révèlent à quel point Marie est notre Mère.

Et pour qu’il en soit ainsi, pour que votre règne s’étende et s’affermisse par eux, sur la terre, je vous promets, ô Jésus, de m’immoler avec vous, de tout mon cœur. Ainsi soit-il

Prière pour demander des prêtres

Vierge Marie, Mère du Christ-Prêtre,

 Mère des prêtres du monde entier,

 Vous aimez tout particulièrement les prêtres

parce qu’ils sont les images vivantes de votre Fils unique.

Vous avez aidez Jésus par toute votre vie terrestre

et Vous l’aidez encore dans le ciel.

Nous vous en supplions, priez pour les prêtres.

Priez le Père des Cieux pour qu’Il envoie des ouvriers à sa moisson.

Priez pour que nous ayons toujours des prêtres qui nous donnent les sacrements, qui nous expliquent l’Evangile du Christ

et nous enseignent à devenir de vrais enfants de Dieu.

Vierge Marie, demandez vous-même à Dieu le Père

les prêtres dont nous avons besoin ;

et puisque votre Cœur a tout pouvoir sur Lui,

obtenez-nous, ô Marie, des prêtres qui soient des saints ! Amen.

Prière pour les Prêtres (Institut du Christ-Roi)

Jésus, Eternel Souverain Prêtre,

 Gardez Vos Prêtres sous la protection de Votre Sacré-Cœur

où personne ne peut leur faire de mal.

 Gardez sans tâche leurs mains consacrées,

Qui touchent chaque jour Votre Corps Sacré.

 Gardez pures leurs lèvres,

Qui sont empourprées de Votre Précieux Sang.

Gardez pur et détaché leur cœur,

Qui est marqué du sceau sublime de Votre Glorieux Sacerdoce.

 Faites-les grandir dans l’amour et la fidélité envers Vous.

Protégez-les de la contamination de l’esprit du monde.

 Donnez-leur avec le pouvoir de changer le pain et le vin

Le pouvoir de changer les cœurs.

 Bénissez leurs travaux par des fruits abondants.

Donnez-leur un jour la couronne de la Vie Eternelle.

 Ainsi soit-il

DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd