Lectures du jour

  • vendredi 23 février 2018 : Livre d'Ézéchiel 18,20-28.
    Voici ce que dit le Seigneur Dieu : l'âme qui péchera sera celle qui mourra ; le fils ne portera pas l'iniquité de son père, et le père ne portera pas l'iniquité de son fils. La justice du juste sera sur lui, et la méchanceté du méchant sera sur lui. Quant au méchant, s'il se détourne de tous les péchés qu'il aura commis, s'il observe tous mes préceptes et agit selon le droit et la justice, il vivra, il ne mourra pas. De toutes les transgressions qu'il a commises, on ne se souviendra plus à cause de la justice qu'il a pratiquée, il vivra. Prendrai-je plaisir à la mort du méchant, oracle du Seigneur Yahweh ? N'est-ce pas plutôt à ce qu'il se détourne de ses voies et qu'il vive ? Et si le juste se détourne de sa justice et qu' il commet l'iniquité, selon toutes les abominations que le méchant commet, -il les ferait et il vivrait ! -de toutes les œuvres de justice qu'il a pratiquées, on ne se souviendra plus ; à cause de la transgression dont il s'est rendu coupable et du péché qu'il a commis, à cause de cela il mourra. Vous dites : "La voie du Seigneur n'est pas droite ?" Ecoutez donc, maison d'Israël : Est-ce ma voie qui n'est pas droite ? Ne sont-ce pas vos voies qui ne sont pas droites ? Quand le juste se détourne de sa justice et commet l'iniquité, et que là-dessus il meurt, c'est à cause de l'iniquité qu'il à commise qu'il meurt. Et si le méchant se détourne de la méchanceté qu'il a pratiquée et qu'il agisse suivant le droit et la justice, il fera vivre son âme. S'il ouvre les yeux et se détourne de toutes les transgressions qu'il a commises, il vivra certainement, et il ne mourra point.
  • vendredi 23 février 2018 : Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 5,1-15.
    En ce temps-là, il y eut une fête des Juifs, et Jésus monta à Jérusalem. Or, à Jérusalem, près de la porte des Brebis, il y a une piscine qui s'appelle en hébreu Béthesda, et qui a cinq portiques. Sous ces portiques étaient couchés un grand nombre de malades, d'aveugles, de boiteux et de paralytiques. Ils attendaient le bouillonnement de l'eau. Car un ange du Seigneur descendait à certains temps dans la piscine, et agitait l'eau. Et celui qui y descendait le premier après l'agitation de l'eau, était guéri de son infirmité quelle qu'elle fût. Là se trouvait un homme malade depuis trente huit ans. Jésus l'ayant vu gisant et sachant qu'il était malade depuis longtemps, lui dit : "Veux-tu être guéri ?" Le malade lui répondit : "Seigneur, je n'ai personne pour me jeter dans la piscine dès que l'eau est agitée, et pendant que j'y vais, un autre descend avant moi." Jésus lui dit " Lève-toi, prends ton grabat et marche." Et à l'instant cet homme fut guéri ; il prit son grabat et se mit à marcher. C'était un jour de sabbat. Les Juifs dirent donc à celui qui avait été guéri : "C'est le sabbat, il ne t'est pas permis d'emporter ton grabat." Il leur répondit : " Celui qui m'a guéri m'a dit : Prends ton grabat et marche." Ils lui demandèrent : "Qui est l'homme qui t'a dit : Prends ton grabat et marche ?" Mais celui qui avait été guéri ne savait pas qui c'était ; car Jésus s'était esquivé, grâce à la foule qui était en cet endroit. Plus tard, Jésus le trouva dans le temple et lui dit : "Te voilà guéri ; ne pèche plus, de peur qu'il ne t'arrive quelque chose de pire." Cet homme s'en alla, et annonça aux Juifs que c'était Jésus qui l'avait guéri.

Rechercher :

Prochaines activités :

© 2018 Collégiale Saint André. Tous droits réservés. Ce site utilise des cookies pour son fonctionnement.

Connexion :

DMC Firewall is developed by Dean Marshall Consultancy Ltd